Taewonkido, l'Art du Combat réel et de la Self-défense

Le TaekwonKido (Taekwon-Kido) présente un quintuple aspect :

  • Un travail de maîtrise de soi (contrôle du centre de gravité, travail de l’équilibre et du déplacement, etc.) issu du Khido, méthode interne créée par le grand-maître Michel Morlon.
  • Des techniques de percussion (coups de poing, coups de pied, coups de coude, de genou, de paume, etc.) s’exécutant à trois niveaux : Hadan (bas), Chungdan (moyen), Sangdan (haut). Beaucoup de techniques de coups de pied comme dans tous les styles coréens mais aussi un travail de coups de poing (et notamment au visage). Ceux qui ont déjà une base Taekwondo ont donc beaucoup de facilités à faire du TaekwonKido pour ce qui est des percussions. 
  • Des techniques de clés, de contrôles articulaires et de projection, permettant de développer l’aspect self-défense. Il intéresse donc tout particulièrement les adultes et les vétérans.
  • Un travail de l’énergie cinétique et de la production de force, directement héritée du Khido. Des notions de physique et de biomécanique y ont été systématisées par le Dr Jean-Laurent Taddeï.
  • Un aspect compétitif avec des tournois techniques mais aussi des championnats de combat. C’est un bon système pieds-poings avec gants de boxe et protections adaptées.

  

Historique du Taekwonkido

Le TaekwonKido, créé en 1988, peut être vu comme une des évolutions et applications du Khido, méthode créée par le grand-maître vietnamien, Michel Morlon, karatéka de renom et directeur technique du Taekwondo dans les années 80.
Ses élèves, les deux experts, Rémi Mollet et le Dr. Jean-Laurent Taddeï, ont élaboré et codifié cette école en France.
Un bref rappel historique : En 1985, Michel Morlon décide de créer le KHIDO (KIDO). Ayant passé 45 ans de sa vie à étudier les différents arts martiaux : le Karaté, le Taekwondo, le Kung-Fu, le Judo, etc., Me Michel Morlon en est arrivé à finaliser une synthèse qui permet de se connaître soi-même, de pouvoir maîtriser les techniques et non d’être maîtrisé par elles. Le Khido, par bien des aspects, peut s’apparenter à une méthode interne (quoique des applications "externes" y soient travaillées) et la recherche de la maîtrise de soi.
Pendant près de 20 ans, Me Michel Morlon s’est absenté de la scène martiale française. Ne voulant pas reprendre en leur nom sa création et usurper le Khido sans y être habilité, ses différents élèves ont développé différentes écoles issues du Khido.
Ainsi, à partir du Khido, deux experts français Maître Rémi Mollet et Maître Jean-Laurent Taddeï, médecin spécialisé dans le sport, ont ajouté leur vécu technique et ont fait évoluer le Khido en y introduisant notamment des techniques de Taekwondo, de Hapkido, de Gumdo (sabre) et d’autres arts martiaux. Le TaekwonKido est une école particulièrement complète et dynamique qui axe son travail sur le combat réel et l’autodéfense. Quand Me Michel Morlon est revenu sur la scène martiale française, il a approuvé le travail accompli par ses élèves directs et a donc avalisé le TaekwonKido (parfois connu dans certaines écoles sous le nom "Sinkido")

  

Légende photos de gauche à droite :  1. Me Michel Morlon - 2. Jean-Laurent Taddeï - 3. Rémi Mollet


Deux aspects sont principalement développés : une recherche de la force maximale fondée notamment sur l’utilisation de l’énergie cinétique et de principes physiques ; un travail réaliste de l’autodéfense qui passe par l’utilisation d’une grande palette technique : clés, projections, contrôles articulaires, étranglements, low kicks, coups de poing au visage, coups de coude, coups de genou, etc.
La compétition de TaekwonKido autorise les coups de poing au visage, les amenées au sol, les clés de poignet, les projections, les coups de pied au corps et à la tête. Le KO est autorisé mais des protections intégrales le rendent malgré tout difficile. Le TaekwonKido se veut être aussi une méthode éducative prônant des valeurs telles que le goût de l’effort, le respect et la courtoisie. 

 

La représentativité du Taekwonkido

Le TaekwonKido est représenté en France, aux Pays-Bas (Agence Spatiale Européenne – E.S.A.), en Suisse, au Maroc, au Gabon, en République Tchèque, au Brésil, au Canada et en Corée. Il est reconnu par une fédération en Corée. 37 clubs environ le pratiquent en France, sans compter les sympathisants. Le TaekwonKido est reconnue comme une discipline associée à la FFTDA, c’est-à-dire comme une discipline à part entière, avec un système de compétition complètement différent. Présente en tant que Commission Nationale de TaekwonKido (CNTKKD), cette discipline est encadrée par les règlementations de la FFTDA.

Calendrier prévisionnel

Compétitions : Des compétitions de TaekwonKido (techniques et combats) seront organisées par la commission sous l’égide de la FFTDA.
Les stages : Un grand nombre de stages techniques de promotion du TaekwonKido à l’usage de tous les clubs de la FFTDA sont organisés. Ces stages sont gratuits.

Calendrier :

  • Samedi 14 octobre : IDF - Stage technique
  • Samedi 9 décembre : TOULON - Stage technique
  • Samedi 27 janvier : AQUITAINE - Stage technique
  • Samedi 3 Février : CHARENTE-MARITIME - Stage technique
  • Samedi 17 mars : IDF - Coupe de France Technique
  • Dimanche 18 mars  : IDF - Coupe de France Combats
  • Dimanche 13 mai : IDF - Passage de grades DAN TKKD

Ceci n’est qu’un prévisionnel : certaines dates peuvent être modifiées ; d’autres peuvent être ajoutées. Notamment, d’autres dates organisées par des comités régionaux peuvent s’y greffer.

Organigramme

Responsable de la commission TaekwonKido :  Rémi MOLLET - remimollet@sfr.fr - 01 49 30 05 15

Référents techniques :

  • Me Michel Morlon
  • Me Rémi Mollet
  • Me Jean-Laurent Taddeï

Secrétaire : Jean-Laurent TADDEÏ (référent technique)

Commission technique :

  • Laurent RODIER (PACA)
  • Stéphane BURLET (Charente-Maritime)
  • Noëlle DELIZY
  • Jacques BERT (IDF)
  • Jean-Christophe DAMAISIN D’ARES (IDF)
  • Abdelkader BOUCHAMA
  • Rachid OUZEROUT
  • Yann COLLEU
  • Guillaume JAMET
  • Karène COUPE
  • Rédha ELISSAOUI
  • Mercado DE MARTINO
  • Alain DEUDON
  • Barbara CHAUVE
  • Aurélie SERAULT